N'oublions pas les Acadiens

Publié le par Louis

1979 : Antonine Maillet reçoit le prix Goncourt pour son roman Pélagie la charrette.
 
pelagie-copie-2.jpg

"Le Grand dérangement"

 Les Acadiens furent les premiers colons français à s’être établis en Amérique du Nord au début du XVIIe siècle. Ils vécurent paisiblement jusqu'à la date funeste de 1755.

  Suspects parce que francophones, devenus sujets britanniques par le caprice des traités, les Acadiens  furent déportés par les Anglais puis éparpillés dans les Treize Colonies américaines. Cet épisode douloureux est connu également sous l'appellation de "Grand dérangement". 

 Le roman de l'Acadienne Antonine relate le retour d’exil de son peuple vers la fin du XVIIIe siècle. Rassemblés grâce à l’initiative d’une femme énergique du nom de Pélagie, quelques exilés entrevoient enfin l’espoir de revoir leur terre natale en remontant en  charrette la côte Est de l'Amérique septentrionale. Le voyage sera rude mais riche en rencontres inattendues.
 
Un Goncourt contre l'oubli

 Il faut avouer que notre pays n’a pas fait grand-chose pour la défense de ses Acadiens. Ils ont été abandonnés puis lentement oubliés au fil des siècles. C’est tout juste si nous avons gardé une petite place dans notre cœur pour leurs voisins Québécois.
 
 Ce Goncourt 1979 ne fut donc qu’une juste et symbolique réparation. Mais le temps passe, les dettes de mémoire sont vite oubliées... A l’heure où nos élites font leur examen de conscience vis-à-vis de notre passé colonial, il ne leur viendrait même pas à l’idée d’évoquer l’abandon de nos compatriotes Acadiens.
 
 Tout le monde entend parler actuellement du désert du Darfour, des faubourgs de Bagdad, des vallées d’Afghanistan, de la jungle de Colombie, ou encore de la dernière répression à Rangoon… mais qui serait capable de dire où se trouve l’Acadie ou encore d’évoquer ses liens historiques avec la France.
 
 Certes, l’Acadie a été rayée de la carte. Si vous cherchez vainement sur un atlas le nom de cette terre, vous trouverez à sa place les noms de Nouveau Brunswick et de Nouvelle Ecosse, deux entités administratives anglophones imposées par cette même Angleterre, après l’organisation de la déportation des Acadiens.
 
 Ce peuple a payé un lourd tribut pour avoir le droit d’exister. Noyés dans un océan anglophone, leur perpétuel combat pour la défense de la langue française est un exemple pour des Hexagons insouciants devant la menace du rouleau compresseur de l’anglicisme. Cette leçon de francophonie vaut bien une lecture de Pélagie, sans doute ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article