Un haussement d'épaules de l'éternité

Publié le par Louis

 

Le Zéro et l'Infini d'Arthur Koestler a été mon précieux livre de chevet lorsque j'étais étudiant. Les dernières lignes sont pour moi une des plus belles fins de romans qui existent. La mort du héros Roubachof y est décrite de façon très poétique :
 
 
 
"Une vague le souleva lentement. Elle venait de loin et poursuivait majestueusement son chemin, comme un haussement d'épaules de l'éternité."
 

Publié dans Citations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article