Un haussement d'épaules de l'éternité

Publié le par Louis

 

Le Zéro et l'Infini d'Arthur Koestler a été mon précieux livre de chevet lorsque j'étais étudiant. Les dernières lignes sont pour moi une des plus belles fins de romans qui existent. La mort du héros Roubachof y est décrite de façon très poétique :
 
 
 
"Une vague le souleva lentement. Elle venait de loin et poursuivait majestueusement son chemin, comme un haussement d'épaules de l'éternité."
 

Publié dans Citations

Commenter cet article